Partagez | .
 

 (r) little talks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: (r) little talks   Lun 31 Mar - 18:12

little talks
FT SAVANNAH HERONDALE


Je levais mon pinceau, attendant un court instant, avant de finalement laisser s'inscrire la couleur sur la toile. Un trait, puis un autre, et encore un. Je laissais mon imagination divaguait, s'envolait, loin, très loin, comme je le faisais toujours. Des silhouettes se formaient, des formes prenaient vie, là, devant mes yeux. Pourtant je n'étais pas satisfaite. Pourtant je ne pensais pas à ma peinture. J'étais là, simplement plantée devant ma toile, insatisfaite de mon travail, insatisfaite de ma vie qui allait dans tout les sens et qui tâchait à ma créativité. Mon art était tout ce que j'avais. Je n'avais jamais été aussi productive que depuis que j'avais rencontré Joanne. Elle était devenue une véritable muse, et tout mes tableaux étaient désormais basés de loin ou de près sur elle. Cependant, en cet instant précis, je ne voulais de ça. Je ne voulais pas que son image m'envahisse et contrôle tout ce que je pouvais ressentir. Je me sentais prise au piège par des sentiments que je détestais. Je me sentais faible, face à l'amour, face à la vie, face à Joanne. Plus rien n'avait de sens si elle s'en allait, et pourtant, c'est exactement ainsi qu'allait finir notre histoire, et cette perspective me brisait le coeur. D'une rage qui m'était jusqu'alors inconnue, je balançais le pinceau contre la toile. Un bruit sourd résonna, puis le silence. J'essuyais doucement une unique larme perlant sur ma joue, avant de me relever, poncho sur les épaules. J'observais la vie par la fenêtre : les gens passaient, les oiseaux s'envolaient, les nuages se métamorphosaient en des formes abstraites. Le monde me paraissait beau, vu d'ici, et j'aurais voulu garder cette vision à tout jamais. Je toisais la grande horloge murale : Savannah n'allait pas tarder à rentrer. Depuis peu de temps, j'avais pris la décision de pendre une colocataire, les charges de l'appartement se faisaient trop chers pour mes moyens revenus. J'étais contente de ne plus être seule. L'idée me vint alors de passer une soirée avec cette dernière, comme de vraies colocataires et amies à en devenir. Prenant mon porte-monnaie, et les clés de l'appartement, je sortis de ce dernier. Au coin de la rue, il y avait un excellent restaurant chinois, et l'idée même d'en goûter les plats me faisait languir. Une vingtaine de minutes plus tard, je rentrais à l'appartement, les mains occupaient par de nombreux sachets tous remplis de nourritures plus savoureuses les unes que les autres. Savannah se trouvait là, comme je l'espérais, au salon. "Salut coloc' ! Dis moi que tu n'as rien prévu ce soir, parce que j'ai ramené des gourmandises chinoises !" Toute sourire, je déposais les sachets sur la table basse du salon, attendant une réponse de la part de la jolie blonde, qui je l'espérais positive.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

❝ messages : 68
❝ pseudo : .rawr
❝ crédits : wild heart (avatar) ; anaëlle (signature)
❝ printemps : dix-neuf.

SOMEONE LIKE YOU ~
❝ humeur: paumée
❝ carnet de contacts; relationship:

MessageSujet: Re: (r) little talks   Mar 1 Avr - 11:02

Sierra & Savannah


Je m'installe sur un banc, ne voulant pas être à bout de souffle pour finalement me retrouver à l'hôpital pour la énième fois. Minho se couche à côté de moi, dans l'herbe, lui aussi visiblement exténué. Je me penche légèrement en avant pour lui caresser la tête, le sourire aux lèvres. Mon ancienne colocataire était une véritable plaie en matière d'animaux et je m'étais résolue à quitter l'appartement où je résidais depuis plus d'un an déjà, ne voulant pas abandonner ma boule de poils. Heureusement, Sierra m'avait gentiment proposé de la rejoindre ; sans elle, je serais sûrement retournée chez mes parents à cette heure-ci. Quoi que, j'aurais sûrement préféré vivre sous un pont que chez ces déglingués mentaux. Je m'adosse au banc, avant de m'asseoir en tailleur et de regarder devant moi. Il n'y avait jamais grand monde à cette heure-là de la journée et ce n'était pas plus mal. Je sors mon téléphone et mes doigts me guident directement à mon répertoire. J'arrête de faire défiler les noms quand celui de Nathaniel apparaît. J'aurais peut-être dû le nommer idiot de Vegas, ça lui correspond beaucoup mieux qu'un simple prénom. Je pianote sur ma cuisse, cherchant à savoir si c'est une bonne idée ou non. Il ne s'était pas passé grand-chose, mais c'était tout de même assez important et je ne savais toujours pas quelle attitude adopter face à tout ce bordel. Après quelques secondes d'hésitation, je fais retour et verrouille mon téléphone avant de le ranger.

« Non mais quelle conne. »

Je murmure d'une façon tellement basse que Minho ne bronche même pas. Je souffle un bon coup, avant de me projeter en avant pour me remettre debout. Je tape sur ma cuisse pour faire signe à mon chien qu'il est temps de partir. Je n'ai jamais utilisé de laisse avec lui, l'ayant dressé dès son plus jeune âge à rester près de moi. Je reprends la route vers le nord de la ville, préférant marcher que de prendre les transports en commun ; je devais habituer mon cœur à l'effort, ne voulant pas passer le restant de mes jours à ne rien faire. Après plusieurs minutes de marches, j'arrive enfin à l'entrée de la vieille caserne. Après une course contre Minho dans les escaliers, j'ouvre la porte en reprenant mon souffle. J'appelle Sierra, mais aucune réponse. J'enlève ma veste, que j'accroche au porte-manteaux et me dirige vers le salon, où je me laisse tomber comme une masse sur le canapé. Certes, l'effort faisait du bien, mais la suite n'était pas forcément glorieuse. Après de longues secondes à contrôler ma respiration, cette dernière revient à la normal. J'entends alors la porte d'entrée s'ouvrir ; je relève la tête vers l'arrière du canapé, découvrant Sierra les bras chargés. Je n'ai pas le temps de me lever afin de l'aider, cette dernière ayant déjà tout posés sur la table.

« Oh, même si j'avais eu quelque chose de prévu, je l'aurai rapidement annulé. Comment dire non à tout ça ? »

J'affiche un grand sourire tout en désignant les sacs. J'étais affamée, à croire que Sierra pouvait parfaitement lire dans mes pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(r) little talks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ALMOST HOME. :: darwin city :: darwin center :: city gardens apartments :: #15, savannah herondale et sierra swan-