Partagez | .
 

 La peur est mauvaise conseillère [Posy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

❝ messages : 90
❝ pseudo : Celiane
❝ crédits : Cherryblossom
❝ printemps : 25

SOMEONE LIKE YOU ~
❝ humeur:
❝ carnet de contacts; relationship:

MessageSujet: La peur est mauvaise conseillère [Posy]   Lun 31 Mar - 14:09


Nuit agitée. Stress. Angoisse. Je décide de me lever, après m'être tourné et retourné dans mon lit une énième fois. La consultation dans la glace m'indique une mauvaise mine. Je soupire et me détourne du miroir. Il ne me reste plus qu'à prier pour que ça ne se remarque pas trop. Vont-ils m'apprécier ou me déprécier ? Comment se passera cette première journée de travail ? Ces questions m'emprisonnent l'esprit. Je soupire une deuxième fois, fatigué d'avance. J'espère que je ne croiserais personne. Je me passe une main sur le visage et me dirige vers ma cuisine. Il doit bien rester quelque chose à manger. Ne serait-ce qu'une tartine de beurre ou de confiture. Alléluia, j'ai trouvé quelque chose. Je me prépare deux tartines de beurre, que je m'efforce de manger entièrement. Il ne manquerait plus que je fasse un malaise une fois arrivé sur place. Un regard rapide sur l'horloge murale m'indique qu'il est bientôt l'heure de partir. Je prend le temps de ranger dans le lave-vaisselle mes couverts et mon assiette avant de partir en direction de ma chambre. Il faut impérativement que je fasse bonne impression. Je fouille dans mes tiroirs et ma penderie pour trouver quelque chose de potable à enfiler. Un pantalon noir cintré, un pull blanc tout simple et une veste cintrée feront l'affaire.

L'heure de partir avance à grand-pas et l'angoisse monte, insidieuse. Il ne faut pas que je cède, il ne faut pas que je cède, il ne faut pas que je cède. Je ne croiserais probablement personne. Un peu de courage, me dis-je, juste avant de quitter l'appartement. Je monte dans ma voiture comme un automate et roule ainsi jusqu'au café dont les coordonnées sont inscrites sur le GPS. J'arrive finalement dans la rue où se trouve le Cyclone café. Même le nom est dévastateur. Est-ce un signe ? Je ne peux plus reculer maintenant. Je souffle un bon coup pour me donner du courage et me dirige vers le café. Un pas. Deux pas. Trois pas. J'y suis presque, maintenant. Je suis à quelques centimètres de la porte. Je ne peux plus faire machine arrière. Du nerf, mon vieux, me répétai-je pour me donner du courage. Tu ne peux pas te défiler au dernier moment alors qu'ils ont besoin de tes services. Je m'apprête à entrer dans le café lorsque je manque percuter une jeune femme sortie de nulle part. J'espère que ce n'est pas la fille des patrons et qu'elle ne vient pas leur rendre visite. Je déglutis nerveusement. Fais bonne figure, me sermonnai-je intérieurement. Je la laisse passer, habitude de gentleman. J'entre à sa suite, avant de rester planté dans l'entrée. Regarder tout autour de moi, comme un petit garçon effrayé, sans oser m'avancer et me présenter n'est pas dans mes habitudes mais je dois bien avouer que ce lieu m'impressionne tout particulièrement.

Faut-il que j'attende ici ou que j'aille vers elle pour me présenter ? Je ne sais plus. J'ai tout oublié en l'espace d'un instant. Il faut absolument que je me ressaisisse. Tout ira bien, tentai-je de me convaincre. Tu as déjà fait ce boulot, tu ne risque rien. Et pourtant, j'ai une peur monstre de décevoir mes nouveaux patrons. Je ne peux pas rester ainsi, sans risquer de gêner les clients qui arriveront tôt ou tard. Je regarde machinalement l'horloge. Je suis soulagé, il me reste environ une vingtaine de minutes. Je ne sais pas où me mettre, ce lieu m'impressionne tellement. Il faut que je me calme. Je prend mon courage à deux mains et je m'avance enfin jusqu'au bar. Retrouve tes réflexes, mon vieux, me répétai-je constamment. Il ne faut pas que tu sois renvoyé dès la première journée. Je réussis à sourire légèrement, avant que mon regard n'accroche la pendule. Plus que quinze minutes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicart.conceptforum.net/

avatar

❝ messages : 126
❝ pseudo : uselesstreasure
❝ crédits : primebird
❝ printemps : vingt ans

SOMEONE LIKE YOU ~
❝ humeur: moody
❝ carnet de contacts; relationship:

MessageSujet: Re: La peur est mauvaise conseillère [Posy]   Lun 31 Mar - 21:08

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 “At some point you just have to let go of what you thought should happen
and live in what is happening.”

Aujourd'hui, tu n'avais pas cours et tu aurais pu en profiter pour dormir. Une grasse matinée te semblait une excellente idée, mais t'avais promis à ta mère de passer au café pour rencontrer le nouveau serveur. Tu la soupçonnais d'utiliser cette excuse pour garder un œil sur toi. Depuis ton accident, elle avait ce besoin constant de savoir que tu allais bien. Tu le comprenais parfaitement, mais t'étais fatiguée de devoir justifier chacun de tes actes pour calmer les angoisses de ta mère. Miko était dans un pire état que toi, Cora avait de graves problèmes relationnelles et pourtant, c'était toi qu'on cherchait toujours à protéger. Si ce n'était pas ta mère, c'était ton père. T'avais envie de leur dire que tout allait très bien et que tu étais assez grande pour t'occuper de toi-même. Et c'était vrai, t'arrivais à gérer les béquilles. Tu devenais de plus en plus douée. Ce matin, t'avais réussi à descendre les escaliers en un temps record et sans l'aide de personne. C'était une petite victoire. Mais est ce que tu vas vraiment bien ? Tu n'en es plus très sûre. Ta jambe guérit, tes côtes ne sont plus douloureuses, les bleus sur ton corps ont disparu. Pourtant, tu te sens toujours aussi mal quand tu penses à l'accident, quand tu penses à quel point t'as pu être bête de le laisser avoir une emprise sur toi.

Tu comptais pas Posy. Bien sur que tu comptais pas, t'as jamais compté. T'es une fille quelconque. La preuve, il lui a pas fallu beaucoup de temps pour passer à autre chose. Il a même pas attendu que tu sortes de l’hôpital pour tomber dans le lit d'une autre. Et tu comprends, t'es pas le genre de filles, à qui on pense la nuit. Tu n'es pas Cora. Toi, t'es le genre de femmes qu'on oublie vite. Il n'a même pas pris la peine de rompre avec toi, tu ne méritais même pas une explication et c'est bien ça le plus douloureux. De ne pas savoir pourquoi. Tu ne peux pas avancer avec ta vie, sans savoir pourquoi t'en valait pas la peine. Il paraît que le temps soigne toutes les blessures et t'espères que l'idiot qui a proclamé ces mots a raison. En attendant, tu t'entoures. Tu passes tes journées avec ton frère à regarder de vieux films. Tu traînes au café. Tu rabiboches tes amitiés perdues et renforces celle existante. T'envoies d'ailleurs un message à Noé pour lui demander de passer au café. A ses côtés, ta vie te semble plus facile à vivre. T'as pas besoin de falsifier ton sourire. Il te vient naturellement. Tu n'attends pas une réponse avant de te rendre au cyclone café.  Tu prends ton temps sur le chemin. T'es pas pressée et personne ne t'en voudra d'arriver en retard.

Tu te fais bousculer devant l'entrée, mais tu retrouves bien vite ton équilibre. T'as l'habitude maintenant de ces béquilles. Tu souris au jeune homme avant de rejoindre le comptoir. Tu souris à ton père qui fait glisser devant toi un chocolat chaud avec un extra de chantilly, comme quand t'étais petite, comme la première fois qu'un garçon t'a brisé le cœur. Et tout de suite, tu sens ton moral monter en flèche. « Où est Noé ? » Tu roules des yeux. « Je vais bien aussi, merci papa. » Un petit rire s'échappe de ses lèvres. « Il arrive. » que tu finis par marmonner. « Ah monsieur Mastriani, entrez. » Tu te retournes à la voix de ton père pour regarder à qui il parle. « Venez que je vous présente ma fille. Posy, voici Caden, le nouveau serveur, qui espérons-le soit plus doué que toi. » T’assènes un regard noir à ton père avant de te tourner vers le jeune homme. T'étais contente de voir un nouveau serveur, parce qu'il était hors de question que tu finisses ta vie dans le bar familial, parce que tu étais incapable de dire non à ta mère. T'étais terrifiée à l'idée de ne pas réaliser tes rêves, à l'idée de ne jamais atteindre tes buts et de te contenter de ce que la vie t'offrait. T'as peur qu'en travaillant ici, tu te suffises de cette situation confortable et cesse de rêver plus grand « Bonjour. » que tu dis avec un petit signe de la main. « J'espère que vous êtes plus doué derrière un bar que devant une porte. » Tu lui offres un sourire pour lui montrer que tu plaisantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❝ messages : 90
❝ pseudo : Celiane
❝ crédits : Cherryblossom
❝ printemps : 25

SOMEONE LIKE YOU ~
❝ humeur:
❝ carnet de contacts; relationship:

MessageSujet: Re: La peur est mauvaise conseillère [Posy]   Mar 1 Avr - 9:54


Les minutes s’égrenèrent avec une lenteur qui me rendait fou. Tic tac. Tic tac. Tic tac. Tic tac. Ce bruit m'était insupportable. Il m'insupportait au plus point parce que je n'arrivais à reprendre l'ascendant. Je me contentais de regarder la moquette comme si c'était une œuvre d'art. Un raclement de gorge me rappela à l'ordre et ce fut le déclic. Je me redressai, droit comme un i, et croisai le regard du patron de l'établissement. « Ah monsieur Mastriani, entrez. » L'échange entre le père et sa fille ne m'a pas rassuré, même si, à cette distance, je n'ai rien pu entendre. Tandis qu'il approche, j'aperçois la jeune femme se tourner vers moi et je manque défaillir. Et dire que j'avais bousculé sa fille sans même m'excuser... Elle avait des béquilles, nom de Dieu ! me reprochai-je intérieurement. Tu ne pouvais pas faire attention ? Tu es un gentleman ou un goujat de la pire espèce ? Un sentiment de honte m'envahit et je me promis de changer la donne dès que la jeune femme serait toute seule. C'était la moindre choses. Je ne tenais pas à donner une mauvaise image de moi dès le départ. D'autant plus que j'éprouvai instinctivement de l'amitié pour cette personne. Je la pressentais comme une personne sincère, attachante et très loyale. Je ne m'étais jamais trompé en suivant mon instinct.

« Venez que je vous présente ma fille. Posy, voici Caden, le nouveau serveur, qui espérons-le soit plus doué que toi. » Le père parla de nouveau, et je sentis que la fille devenait de plus en plus tendue. Je me rendis compte que je retenais ma respiration sans même m'en rendre compte et je finis par la saluer le plus aimablement possible, tout en priant pour qu'elle n'aie pas d'envies de meurtres me concernant. « Je suis enchanté de faire ta connaissance, Posy.» Cette fille m'intimidait et je ne trouvais rien de mieux à dire que ça. Je n'ai qu'une envie, celle de me glisser dans un trou de souris et de ne plus en sortir. Cela m'évitera au moins les problèmes. Je la vis m'adresser un petit signe de la main. J'esquissai un léger sourire, sans savoir quoi dire. Je n'en eus pas besoin. « J'espère que vous êtes plus doué derrière un bar que devant une porte. » Mon sourire s'élargit. « Non, en fait, je prévois de me transformer en statue humanoïde plus vraie que nature, pour les touristes de passage. » Je repris mon sérieux. « J'espère sincèrement qu'on s'entendra en tant que collègues. Et oui, je suis plus doué derrière un bar que devant une porte. » Je continuais de sourire. Cette jeune femme me plaisait amicalement. Elle paraissait si naturelle, si authentique et cela me plaisait. Un raclement de gorge me tira de mes pensées. Le patron me donna ses dernières recommandations avant de partir s'installer dans un coin de la pièce. Je savais qu'il me surveillerait pour voir si j'effectuais correctement mon boulot mais cela me gênait. Je n'avais pas l'habitude qu'on passe derrière pour vérifier mes compétences.

Je dressai les tables avec des gestes sûrs, sous le regard perçant du patron de l’établissement. Je n'aimais certes pas ça, mais c'était, semble t-il, un passage obligé pour faire partie de la maison. Aussi ne prêtai-je aucune attention au regard qui me vrillait le dos, prêt à se jeter sur moi à la moindre faute qu'il apercevrait. Malheureusement pour lui j'étais rodé à ce genre d'exercice. Une fois toutes les tables dressées, je me tins prêt à accueillir les clients, que ce soit ceux qui s'installaient au café ou ceux qui réclamaient juste un café, voire un croissant. Un sourire nait sur mon visage. J'adorais mon métier et je ne voulais en changer pour rien au monde. Je jetai un coup d'oeil à ma collègue, que j'avais encore du mal à appeler par son prénom, Posy, puis vérifiai que tout est en place. Il ne restait à présent plus que quelques minutes avant que le service ne débute.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicart.conceptforum.net/

avatar

❝ messages : 126
❝ pseudo : uselesstreasure
❝ crédits : primebird
❝ printemps : vingt ans

SOMEONE LIKE YOU ~
❝ humeur: moody
❝ carnet de contacts; relationship:

MessageSujet: Re: La peur est mauvaise conseillère [Posy]   Mar 1 Avr - 21:23

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 “At some point you just have to let go of what you thought should happen
and live in what is happening.”

« Je suis enchanté de faire ta connaissance, Posy.» Tu ne peux pas empêcher de le regarder de la tête au pied, à le juger. Tu as plutôt bonne intuition en temps normal. Elle ne te trompe que rarement. Il te donne une plutôt bonne impression. Et t'espères qu'une fois encore, tu as raison. Ce café est tout ce qui importe pour tes parents. Ils ont travaillé dur, chaque jour depuis plus de 15 ans pour le garder à flot. Si au début, ce n'était qu'une idée farfelue de ton père, c'était, désormais, une petite entreprise florissante, l'une de tes plus grandes fiertés de tes parents ( après leurs 5 enfants bien sûr). Tu ne voudrais pas les voir sur la paille, parce qu'un bel étranger avait abusé de leur générosité. Un sourire finit par se dessiner sur tes lèvres alors que tu lui tends ta main. « Enchanté Caden. C'est original comme prénom. Ca vient d'où ? » Une façon subtile de lui faire ton propre entretien et de prendre de l'avance sur toutes les questions que Cora te posera quand elle saura qu'il y a un nouveau serveur au café. Tu ne pourrais pas te contenter d'un il est grand, brun, plutôt mignon. Elle serait capable de te déshériter pour absence d'information.

Tu ne peux pas t'empêcher de faire une petite remarque taquine. Il te donne une bonne impression et tu ne veux pas être vue comme la fille des patrons, dont on doit se méfier. Ce n'est pas ton genre de toute façon. « Non, en fait, je prévois de me transformer en statue humanoïde plus vraie que nature, pour les touristes de passage. »  Un petit rire s'échappe de tes lèvres alors que tu tends la main pour toucher son épaule. « Il font des miracles de nos jours. On croit presque une vraie personne, monsieur le robot. » Tu bois une gorgée de ton chocolat chaud tout en l'écoutant. « J'espère sincèrement qu'on s'entendra en tant que collègues. Et oui, je suis plus doué derrière un bar que devant une porte. » Tu es certaine que vous allez bien vous entendre. Tu ne sais pas vraiment pourquoi, mais t'as pas besoin de justification pour être gentille et aimable. Tu lui offres ton plus grand sourire. « Comme l'a dit mon père, je ne suis pas très douée avec un plateau entre les mains. J'ai la palme de la plus mauvaise serveuse. Je crois qu'il me garde seulement parce que j'ai un joli sourire. » T'adresses un petit clin d’œil à ton père avant de reporter ton attention sur Caden. « Mais je suis sûre qu'on s'entendra très bien. Je connais le bar sur le bout des doigts, alors n'hésite pas à me demander quoi que ce soit. » Et au sourire que te lance ton père, tu sais que ces mots étaient une mauvaise idée. « Ca tombe bien que tu dises ça, Po, parce que j'ai rendez vous dans une heure. Avec ta mère, on s'est dit qu'on pourrait vous laisser seule tous les deux. » T'ouvres ta bouche tel un poisson prêt à crier à l'injustice. Mais il te connaît trop bien, parce que déjà, il entraîne Caden plus loin pour lui montrer les rouages.

Tu finis tranquillement ton chocolat chaud. Tu laisses ton père gérer Caden pendant que tu fais la conversation à un habitué du café, qui vient prendre son café tous les matins depuis de nombreuses années. Il vient toujours un peu à l'ouverture pour profiter du silence. Il t'a vu grandir, alors il ne t'en veut pas trop quand tu mets 15 ans à lui faire son café. « Posy, j'y vais. Je serais de retour avant le coup de feu. En cas de problème, tu m'appelles ou t’appelles ta mère. » Tu lui lances un regard noir et il se contente de déposer un baiser sur ton front. Tu n'étais pas censée travailler aujourd'hui, pas avec tes béquilles. T'étais censée t'assoir tranquillement au bar avec Noé et observer le nouveau serveur. Comme quand t'étais petite, tu t'assis à côté de la caisse. Tu regardes Caden mettre en place les tables. Tu lui offres un sourire quand il pose son regard sur toi. « Il ne devrait pas y avoir trop de monde ce matin. Généralement, ce ne sont que de gentilles petites mamies qui viennent chercher les derniers potins de la ville. Par contre, vers 11heures, il risque d'y avoir plus de monde. » Du moins, tu l'espères, parce que toi t'étais incapable de servir des cafés sans tout renverser. « Voilà ce que je te propose, je prends les commandes et tu les sers. Tu penses t'en sortir ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❝ messages : 90
❝ pseudo : Celiane
❝ crédits : Cherryblossom
❝ printemps : 25

SOMEONE LIKE YOU ~
❝ humeur:
❝ carnet de contacts; relationship:

MessageSujet: Re: La peur est mauvaise conseillère [Posy]   Mer 2 Avr - 18:55


Je la sens qui me juge de la tête aux pieds, probablement pour me tester. Je ne dis donc rien et fais semblant de n'avoir rien remarqué. Elle était plutôt mignonne, tout en douceur, et son sourire augmentait son capital sympathie de façon significative. Je serrais la main qu'elle me tendait. « Enchanté Caden. C'est original comme prénom. Ca vient d'où ? » Je souris en entendant sa question. Elle ne serait probablement ni la première ni la dernière à me poser la question. « Caden est d'origine britannique, et plus précisément d'Angleterre.» Après ma réflexion sur les statues humanoïdes, je la vois rire à ma blague et me donner un petit coup amical à l'épaule. « Il font des miracles de nos jours. On croit presque une vraie personne, monsieur le robot. » J'aime bien sa répartie, elle a un humour bien sympathique, et je surenchéris avec malice. « Oui, je dois dire que mes anciens propriétaires ont jugé que j'étais le résultat le plus satisfaisant et m'ont laissé partir où je voulais. C''est comme ça que j'ai atterri ici. »

Pendant qu'elle boit une gorgée de son chocolat, j'en profite pour admirer un instant l'architecture de la salle, très bien décorée. Le son de ma voix me détourne de mon inspection. « Comme l'a dit mon père, je ne suis pas très douée avec un plateau entre les mains. J'ai la palme de la plus mauvaise serveuse. Je crois qu'il me garde seulement parce que j'ai un joli sourire. » Je souris en entendant ses paroles puis en remarquant le clin d'oeil discret qu'elle lance à son père. Bon sang, cette fille, c'est mon double féminin. « Mais je suis sûre qu'on s'entendra très bien. Je connais le bar sur le bout des doigts, alors n'hésite pas à me demander quoi que ce soit. » J'en suis certain aussi et esquisse un sourire complice à l'attention de Posy. Je m'apprête à ajouter quelque chose mais son père revient et s'adresse à Posy. « Ca tombe bien que tu dises ça, Po, parce que j'ai rendez vous dans une heure. Avec ta mère, on s'est dit qu'on pourrait vous laisser seule tous les deux. » Je reporte à peine mon attention sur Posy que déjà son père m'emmène pour me montrer les rouages du café.

Je le suis tant bien que mal, pendant que mademoiselle termine son chocolat chaud en toute tranquillité. Un premier client arrive, bientôt servi par Posy. « Posy, j'y vais. Je serais de retour avant le coup de feu. En cas de problème, tu m'appelles ou t’appelles ta mère. » Je reste en retrait pendant que son père lui donne ses dernières recommandations. Les tables sont prêtes depuis peu, les couverts bien placés dessus. Tout va bien. Tu rejoins Posy, assise près de la caisse. « Il ne devrait pas y avoir trop de monde ce matin. Généralement, ce ne sont que de gentilles petites mamies qui viennent chercher les derniers potins de la ville. Par contre, vers 11heures, il risque d'y avoir plus de monde. » J'espère que je vais arriver à gérer. Je me secoue mentalement. Bien sûr que je vais arriver à gérer. La voix de Posy me sort de mes réflexions. « Voilà ce que je te propose, je prends les commandes et tu les sers. Tu penses t'en sortir ? » J'adresse un sourire à la jeune femme. Je devrais bien gérer la situation, toutefois j'apprécie son aide. « Tu es sûre que ça ira si tu m'aides ? » Un pli soucieux me barre le front. Je n'ai pas envie qu'elle se fatigue par ma faute. « Je suis désolé de t'avoir bousculé tout à l'heure. J'avais peur d'être en retard et je n'ai pas fait attention. »

Les clients commencent à arriver et je n'ai plus la possibilité de refuser son offre. Je lui souris pour la rassurer. « Ne t'inquiète pas, j'ai déjà été serveur. Tu peux avoir toute confiance en moi. » Posy a dit vrai, les rares clients qui viennent sont de gentilles petites mamies qui semblent toutes étonnées de découvrir un visage inconnu. Je prends donc quelques minutes pour me présenter et bavarder un peu avec elles avant de retourner servir quelqu'un d'autre ou m'accouder au bar. Je profite d'un petit moment de répit pour rejoindre Posy. « Satisfaite de votre nouveau serveur, mademoiselle ? » J'aime bien la taquiner, parce que je sais qu'elle ne le prendra pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicart.conceptforum.net/

avatar

❝ messages : 126
❝ pseudo : uselesstreasure
❝ crédits : primebird
❝ printemps : vingt ans

SOMEONE LIKE YOU ~
❝ humeur: moody
❝ carnet de contacts; relationship:

MessageSujet: Re: La peur est mauvaise conseillère [Posy]   Ven 4 Avr - 14:14

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 “At some point you just have to let go of what you thought should happen
and live in what is happening.”

Tu sais que tes parents ont toujours travaillé très dur pour ce café, mais tu sais également que c'est l'une de leur plus grande fierté. Si t'as tendance à voir le bon en toute personne, tu n'es pas naive au point de croire que personne ne pourrait profiter de la gentillesse de tes parents. Et tu refuses que ça arrive. Caden a l'air sympathique et avenant, mais il cache peut être bien son jeu. Tu as plutôt un bon instinct et il te dit qu'il n'est pas là pour faire du mal à ta famille. « Caden est d'origine britannique, et plus précisément d'Angleterre.» Un sourire se dessine sur tes lèvres, l'excitation pétille dans tes yeux. « T'es anglais ? Tu viens d'où ? » T'as déjà milles questions sur le bout des lèvres, qui veulent t'échapper. T'as toujours connu que Darwin. Le monde reste encore inconnu à tes yeux. Pourtant, tu rêves de vivre dans chaque ville, t'imprégner de chaque culture, mais tu te sais condamnée à rester dans la petite ville. Tu préfères ne pas penser à cette éventualité et te concentrer sur Caden. « Oui, je dois dire que mes anciens propriétaires ont jugé que j'étais le résultat le plus satisfaisant et m'ont laissé partir où je voulais. C''est comme ça que j'ai atterri ici. »  Un petit rire s'échappe de tes lèvres. « Ils ont l'air fort aimable ces anciens maîtres. A leur place, je n'aurais jamais laissé un robot quitter mon laboratoire. J'aurais bien trop peur qu'ils prennent possession du reste du monde. » Tu fronces les sourcils, dans une mine faussement sérieuse. « Est ce que c'est ton plan robot ? Devenir maître du monde ? » Tu lui offres un sourire avant de retourner à ton chocolat chaud.

Tu ne vas pas lui mentir, surtout parce qu'il va vite s'en rendre compte, mais tu n'es pas la serveuse la plus douée qui existe. Si ce n'était pas tes parents les propriétaires qui détenaient la café, tu aurais été renvoyée depuis longtemps. La seule personne pire que toi dans ce rôle était Miko, c'est pour dire. Tu connais néanmoins l'endroit comme ta poche, t'y as grandi après tout. Tu sais comment taper la caisse enregistreuse quand elle bug un peu, tu sais où se cache les réserves de café, tu connais toute la vie des habitués et surtout tu sais offrir à tes parents le sourire qui t'offrira un supplément de gâteau au chocolat. Ton père vous abandonne lâchement et tu ne peux t'empêcher de te sentir arnaquée dans toute cette histoire. Tu n'étais pas censée travailler et pourtant te voilà.

Heureusement ce matin sera un simple matin, avec les petite mamies qui rentrent de leur marchés. Tu les connais par cœur et elles ne t'en voudront pas si tu mets du temps avant de délivrer leur commande. C'est probablement pour cette raison que ton père t'as laissé seule avec Caden, parce qu'il savait que tu ne risquais rien. « Tu es sûre que ça ira si tu m'aides ? » Tu lui offres un sourire. Tout le monde doute de toi, alors tu refuses que lui aussi le fasse. « Ca ira parfaitement. Je me débrouille comme un chef avec mes trois jambes. » que tu murmures en référence à tes béquilles. C'est faux et tu le sais, mais tu ne veux pas que les gens s’apitoient sur ton sort. « Je suis désolé de t'avoir bousculé tout à l'heure. J'avais peur d'être en retard et je n'ai pas fait attention. » Tu lui souris,t'asseyant sur une chaise avant que les clients n'arrivent. « C'est déjà oublié, ne t'inquiète pas. Mais ne me dis pas que t'étais nerveux à l'idée de venir ici. Mon père te fait peur ? » Tu ne lui en veux pas et tu ne veux pas qu'il s'en veuille également. C'était un petit accident de rien du tout, complètement oublié de ta mémoire. Mais ça t'empêchera pas d'utiliser cette rencontre pour le charrier.

Les clients arrivent petit à petit et votre tandem fonctionne plutôt bien. Tu prends les commandes, parlent des potins avec les mamies comme si ça t'intéressait de savoir que Ginette avait un nouvel amant pendant que lui se présente et serre les commandes. Tu le regardes du coin de l'oeil pour t'assurer que tout va bien. « Satisfaite de votre nouveau serveur, mademoiselle ? » Un air faussement sérieux se dessine sur ton visage. « Je réserve encore mon jugement, monsieur. Mais je dois reconnaître que c'est un impressionnant numéro de charme que vous leur avez fait. Elles semblent toutes sous le charme. »Tu mentionnes une table de mamies qui n'ont d'yeux que pour lui et tu ne peux pas empêcher l'éclat de rire qui s'échappe de tes lèvres quand l'une d'elle lui fait un clin d'oeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La peur est mauvaise conseillère [Posy]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La peur est mauvaise conseillère [Posy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Livre 2 Les fables de Phèdre
» Peur de l'hiver
» Un messager de mauvaise augure
» [Blog] Pré-Mauvaise nouvelle
» [Résolu] Warning à cause de mauvaise traduction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ALMOST HOME. :: darwin city :: darwin west :: cyclone café-